Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Une équation pas si simple à résoudre.

 

Le Président Macron a été particulièrement inspiré en s'attachant les services de Cédric Villani , agè de 46 ans, actuellement Député LREM de l'Essonne.

Ce brillant mathématicien, Lauréat de la médaille Fields (l'équivalent du Nobel dans le domaine des mathématiques) en 2010, pourrait être amené à donner un sérieux coup de main au Gouvernement, afin de résoudre la « quadrature du cercle ».

Qu'on en juge. : Le 1er Juin, les tarifs de l'électricité ont été relevés de 5,9 %. Cette hausse qui devait intervenir en Mars dernier, précéderait une nouvelle hausse qui doit avoir lieu dans les prochains mois.

Elle se produit alors même qu'à la pompe, le gazole frôle les 1 € 50 et que le sans-plomb se rapproche des 1 € 60 pour cause de situation tendue au plan international (conflit Iran-Etats-Unis, crise du Vénézuela, guerre civile en Libye...). On rappellera que 60 % du prix du litre de carburant est représenté par les Taxes perçues par l'Etat.

Les mesures prises par le Gouvernement pour répondre à la crise des « gilets jaunes », majoration de la prime d'activité, prime exceptionnelle de fin d'année défiscalisée, accroissement du nombre de bénéficiaires du chèque énergie, heures supplémentaires désocialisées... pourraient bientôt ne pas suffire.

Enfin et la liste n'est pas exhaustive, il ne fait pas bon être propriétaire d'un véhicule devant être présenté au contrôle technique qui vient d' augmenter de plus de 10 % afin de mettre la France en conformité avec les règles européennes en matière de sécurité.

Bien sûr, comme on le voit, chacune de ces hausses a une explication technique, l'augmentation du tarif de l'électricité étant, nous explique-t-on, une décision prise par un organisme « indépendant », la Commission de Régulation de l'Energie (CRE). Difficile de croire que le pouvoir politique qui a reporté de mars au 1er Juin l'application de la hausse de 5,9 %, ne dispose d'aucun levier pour influer sur l'importance de cette variation.

Le chef du Gouvernement, Edouard Philippe, a annoncé début mai, que la hausse du pouvoir d'achat serait de 2 % pour 2019 soit « un gain moyen de 850 € par foyer ».

Je ne pense pas que les plus vulnérables partagent à ce jour, l'optimisme manifesté par le Premier Ministre.

Ce dont je suis par contre certain, c'est que les « riches » retraités, à savoir ceux qui perçoivent une pension supérieure à 2 000 € par mois (ou 3060 € pour un couple) considéreront avec raison que le Chef du Gouvernement, leur a distribué de « la poudre aux yeux ».

Ces retraités ne bénéficieront pas du rétablissement du taux de CSG de 6,6 % annulant la hausse à 8,3 % décidée par l'actuel Gouvernement. Ils ne bénéficieront pas davantage de la réindexation de leurs pensions qui, pour 2019, varieront de 0,3 % alors que selon la Banque de France, pour la même année, l'inflation devrait atteindre 1,3 %. Quant aux propriétaires de leur logement, ils n'auront bénéficié d'aucune baisse de la Taxe d'Habitation pas plus  en 2018 qu'en 2019. Ils devront patienter jusqu'en 2021 pour bénéficier, comme l'ensemble des français de la suppression de la Taxe, si tant est, que cette promesse de campagne (contestée par certains membres du gouvernement), soit réalisée...

Comme on le voit, on fera difficilement croire à cette catégorie de français, que leur gain de pouvoir d'achat sera de 2 % en 2019 !

Le gouvernement pourra bien sûr répliquer qu'il s'agissait d'une « moyenne » et que, dans chaque situation de ce type, il y a des gagnants et des perdants. Peut-être l'illustration de la « théorie du ruissellement » ?

Voici une semaine, la liste LREM a, contre toute attente, fait mieux que résister puisqu'elle a talonné la liste du RN arrivée en tête (seul un écart de 0,9 % des voix a séparé les deux listes).

Avec 22 sièges estampillés LREM, le groupe centriste au Parlement Européen devrait occuper 106 sièges, ce qui place le Président Macron en position de force pour la négociation qui a débuté à Bruxelles dès le mardi 28 mai et qui portera notamment sur la désignation du nouveau Président de la Commission.

L'analyse du scrutin par circonscriptions en France a fait apparaître que les retraités ont, dans une forte majorité, apporté leurs suffrages à la liste menée par Nathalie Loiseau. Ces retraités ont confirmé majoritairement, leur vote lors de la présidentielle et des législatives de 2017.

Qu'en sera-t-il en 2022 ?

Parions qu'ils se souviendront alors de l'engagement pris par le candidat Macron, de ne pas porter atteinte durant son mandat présidentiel, à leur niveau de vie.

C'était en mars 2017, sur France 2, il annonçait que pour les retraités « il n'y aura pas de perte du pouvoir d'achat ».

Et, dans cet engagement, il n'était pas question de « moyenne ».

A bon entendeur...

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Et puis à Latour, nous avons les souches de vignes (les rabasses) que nous pouvons brûler dans la cheminée... Merci pour ta contribution pleine de bon sens. Il est exact que nous avons un prix d'électricité plus bas que dans les autres pays européens, mais si nous continuons à ce rythme, nous allons les rattraper. ... et peut-être les dépasser.
Répondre
N
Le prix de l'électricité est le fruit d'un dosage qui prend plus en compte le coût du marché que celui plus bas de l'électrice nucléaire alors que les énergies renouvelables ont un coût supérieur mais la commission de régulation présidée par un ancien député socialiste appointe 16000 € / mois va se pencher sur la modification du calcul
Je ne doute pas que M. Jadot nous justifiera cette augmentation puisqu'il est contre le nucléaire et a été condamné pour avoir pénétré dans la base se sous-marins de l'île longue.
Il fut un temps ou l'Etat fixait le prix de la baguette , ce n'est heureusement plus le cas mais il n'y a pas que le prix réglementé de l'électricité , on peut faire jouer la concurrence , faire des contrats groupes et aussi voir quel est le prix dans d'autres pays ce qui relativisera l'augmentation actuelle
Quant à la sûreté de l'approvionnement , l'électricité renouvelable est fonction du vent , de la pluie ou du soleil , il nous restera les bonnes vieilles bougies
Répondre