Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Souvenirs Epars

 

L'idée de rassembler des bribes de ma mémoire à propos de l'élection municipale qui eut lieu à Latour de France le 15 mars 2008, m'est venue le 8 Mars 2018 lors d'une promenade solitaire autour de Saint Michel de Cuixà à proximité de Prades.

Il ne s'agit nullement de retrouver la chronologie d'une tranche de vie comme pourrait le faire celui qui, parvenu à 72 ans prend conscience que le temps est désormais compté, mais plutôt, d'une tentative de restituer quelques événements qui ont pu me marquer à un moment de mon existence.

Ces événements, du plus important au plus anodin, vous sont ici livrés en vrac....

Si j'avais commencé par le plus important, j'aurais évoqué en premier lieu mes parents et l'éducation reçue. Peut-être cela viendra-t-il dans une prochaine chronique ? Je ne sais.

Mais pourquoi une élection, peut-elle relever du hasard ?

Tout a commencé à Sorrèze un soir où avec un groupe d'amis albigeois que j'aurai peut être l'occasion de présenter dans une autre chronique, nous allions écouter l'orchestre du Capitole dirigé par Tugan Sokhiev.

Mon portable sonne et à l'autre bout, c'est un ami, Henri Conte, ancien maire de Latour de France.

Il m'expose que sa compagne Marie-Claude sera candidate aux élections municipales de 2008 sur une liste menée par Alain Letierce et me demande, si je ne serais pas intéressé pour figurer sur cette liste.

Je remercie chaleureusement Henri et décline sa proposition.    En effet, parmi les amis avec lesquels je partage cette soirée, se trouve Marie-Claude Bascoul. Celle-ci, qui a été, aux cotés de Martin Malvy, vice-présidente de la Région Midi Pyrénées en charge de l'Education, entend être la candidate socialiste à la mairie d'Albi et souhaiterait que nous formions un ticket ce que j'ai immédiatement accepté.

J'ai en effet décidé de prendre ma retraite d'avocat au 1er avril 2008. Les élections municipales doivent avoir lieu les 9 et 16 mars, et je serai donc disponible pour remplir la fonction pour le cas où le scrutin albigeois serait favorable à la liste menée par Marie-Claude.

Après pratiquement vingt années passées en région parisienne à Aulnay sous bois, les circonstances m'ont permis de m'installer à Albi, à compter du 1er Septembre 1991 .

Je ne connaissais pratiquement pas cette belle ville à laquelle je me suis très vite attaché .

Si la perspective d'être élu municipal bouscule un peu mes plans de retraité, je suis décidé à relever le défi.

Depuis longtemps en effet, j'ai rêvé, ma retraite venue, de retrouver mon village de Latour de France niché dans la partie occitane du département des Pyrénées Orientales que l'on appelle le Fenouillèdes.

J'y ai ma maison, la plupart de mes amis d'enfance, j'y suis régulièrement venu lors des vacances, au cours des vingt années passées en région parisienne et plus fréquemment encore, depuis mon installation à Albi.

Voilà donc que ce projet de retour aux sources est sur le point de capoter.

Encore faudra-t-il gravir la première marche : que Marie-Claude soit investie par la section locale du Parti Socialiste lors des primaires qui doivent intervenir à la mi-Septembre 2007.

Comme partout ailleurs, le PS albigeois est traversé par des luttes intestines et certains, vont prendre un malin plaisir à savonner la planche de la prétendante.

Ils parviendront d'ailleurs à leurs fins au prix d'un échec retentissant six mois après.

Une solide amitié me lie toujours à Marie-Claude et dès lors, il m'est difficile d'entrer dans le détail d'une campagne qui fut dure, où les coups bas furent légion, car je manquerais totalement d'objectivité et pourrais me montrer sévère à l'égard de certains de mes anciens « camarades ».

Je dirai toutefois que la vie privée de Marie-Claude ne fut pas, loin de là, absente du débat !

J'indiquerai simplement que j'ai eu le plaisir de la marier avec sa compagne Sylvie en Juillet 2013, ce qui constitua le premier « mariage pour tous » célébré dans les Pyrénées Orientales à Latour de France.

Comme on peut le constater, dès 2007 on avait les idées très larges au PS à Albi !

Je conclurai que l'élimination de Marie-Claude fut, pour certains, la seule satisfaction puisque le candidat de droite, Philippe Bonnecarrère vit son mandat reconduit.

En 2014 également, le PS sortit battu lors des municipales qui suivirent.

Quelques jours avant ces primaires, je rencontrai à Latour de France l'un de mes amis qui m'interrogeait sur mes projets de retraite prochaine et qui me proposa de constituer une liste en vue des élections municipales.

Je lui fis part de mon engagement à Albi, lui disant que pour le cas où celle qui devait être tête de liste ne serait pas investie, j'étais prêt à reconsidérer la question.

Il en fut ainsi, puisque dans les jours qui suivirent les primaires, je revins à Latour, je revis mon ami Paul et nous décidâmes de constituer une liste et de bâtir un projet.

Lors du second tour des municipales, 11 membres de la liste que j'avais l'honneur de conduire, furent élus. L'équipe sortante avait 4 élus.

La nouvelle municipalité fut installée le 21 mars 2008.

Lorsque j'arrivai en mairie avec Michel (qui sera mon Premier Adjoint et qui est à l'heure actuelle le maire de la commune), le maire sortant souhaita nous rencontrer.

Il m'informa alors qu'il ne siégerait pas au Conseil Municipal, ce qui était son droit, mais refusa de procéder à l'installation du nouveau Conseil Municipal, attitude que je désapprouvais et qui altéra durablement nos relations.

Je dois dire que durant les 6 années de notre mandat, j'ai entretenu des rapports cordiaux et constructifs avec les 3 autres élus de la liste adverse. Je veux ici les remercier.

Nous ne formions qu'une seule équipe au service de notre village. Mais  j'y reviendrai ultérieurement ...

A bientôt 62 ans, je retrouvais mon village quitté plus de cinquante ans auparavant.

De nouvelles amitiés allaient se nouer, j'allais petit à petit, sortir de mon statut d'avocat et de militant engagé comme je l'avais été auparavant, pour connaître d'autres réalités, celles d'un village d'à peine mille habitants dont la composition sociale a totalement changé en un demi siècle.

Ce village que  j'aime, que je croyais parfaitement connaître et que j'ai mis un certain temps à redécouvrir......

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la Toison
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !
Joachim Du Bellay
Répondre
G
Amour, amitié et nostalgie !!!
Répondre
J
Merci Jean-Louis pour l'intérêt que tu portes à mes écrits.
Je vous embrasse à tous deux.
B
Enfin un article qui m'intéresse !!!
Répondre
J
Je te promets d'en faire d'autres..... Bisous frangine.