Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

2022, une année à emmerdes ?

 

Lorsque Georges Brassens enregistra « Misogyne à part », il distingua les « emmerdantes », les « emmerdeuses » puis, « très nettement au-dessus du panier, les emmerderesses ».

Mais ce n'était pas forcément aux mêmes qu'il s'adressait, lorsque le futur candidat Emmanuel Macron déclara dans un entretien publié le 4 janvier par Le Parisien : « j'ai très envie de les emmerder ». Il parlait plus simplement, des non-vaccinés, sans distinction de sexe..

Dès lors, avec la bénédiction présidentielle, plus de barrière et de pudeur pour faire part de mes états d'âme à l'orée de 2022.

Si je considère la situation politique intérieure, pour ma famille la gauche, à court terme les perspectives ne sont pas extraordinaires. A ce jour, sept candidats déclarés et peut-être huit prochainement : Artaud, Poutou, Melenchon, Roussel, Montebourg, Hidalgo et Jadot. La huitième potentielle, Taubira fera connaître sa décision au plus tard le 15 janvier. Je ne me prononcerai pas sur la qualité mais pour la quantité, le compte y est !

Aucun des sept ou huit, ne franchit à l'heure actuelle la barre de 10 % et au total, l'ensemble des candidats étiquetés à gauche représente environ 25 % de l'électorat. Pas de quoi pavoiser.

Finalement, le candidat le plus à gauche ou le moins à droite qui à ce jour pourrait à l'issue du premier tour, figurer parmi les deux premiers, est le président sortant Emmanuel Macron.

Evidemment, d'ici le dimanche 10 avril, un événement à ce jour assez peu prévisible peut venir bousculer ce tableau mais les chances sont des plus réduites. Il ne reste plus à l'électeur de gauche qu'à implorer le ciel. Maigre consolation.

Certains m'objecteront qu'à droite ce n'est pas mieux. Entre Zemmour, Dupont-Aignan, Asselineau, Philippot, Le Pen, Pécresse qui se disputent la possibilité de se retrouver au second tour face au Président sortant, c'est aussi le trop plein. Cette situation pourrait faire le jeu de l'extrême droite au bénéfice final d'Emmanuel Macron.

A chacun à gérer ses contradictions. Une certitude, au bal des égos on affiche complet.

On pourrait penser qu'opérer un demi-tour et se pencher sur la situation internationale est susceptible d'apporter une bouffée d'air frais. N'en croyez rien, la situation est bien pire et bien plus dangereuse.

En Ukraine, ça sent très fort la poudre et Poutine peut à tout moment allumer la mèche. Après avoir annexé la Crimée et déstabilisé le Donbass, le rêve du tsar russe est maintenant d'arriver à Kiev, la capitale ukrainienne. Pour ce faire, il a massé 100 000 soldats à la frontière russo-ukrainienne, prêts à franchir la ligne dès que l'ordre leur en sera donné. Ses troupes bénéficieront des missiles dernier cri et en l'espace de quelques jours à peine, seront en mesure d'atteindre la capitale de l'Ukraine.

Ainsi, le tsar russe poursuit patiemment l'objectif qu'il s'est fixé à savoir reconstituer la zone d'influence qui fut jusqu'en 1991, celle de l'ancienne URSS. Pour ce faire, Poutine a clairement indiqué que l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN constituerait le franchissement de la « ligne rouge » et justifierait l'intervention de l'armée russe.

Les occidentaux n'auraient donc d'autre possibilité  que de laisser ce pays qui frappe à la porte de l'OTAN à la merci de l'ours russe qui décidera à sa guise quand et de quelle façon, il le dévorera.

Du côté de Taïwan, les perspectives ne sont guère meilleures. Les manœuvres répétées de l'armée chinoise visant l'île voisine font craindre le pire notamment aux américains qui en 1979 se sont engagés à fournir à Taïwan l'assistance dont elle pourrait avoir besoin. Cette aide pourrait-elle aller au-delà de la fourniture des moyens de se défendre, jusqu'à l'intervention de troupes américaines ? Le président Joe Biden a jusqu'à présent laissé planer le doute.

A Pékin, on doit soupeser sérieusement les bénéfices et les risques avant de se lancer à l'assaut de son voisin taïwanais alors que la Chine, depuis 1949, considère que l'île dans laquelle se réfugièrent les troupes du kuomintang fait intégralement partie de son territoire.

 

On le voit, dans l'un comme dans l'autre de ces conflits, l'option de la guerre est bien présente. Si l'Europe n'est pas directement concernée, on peut s'interroger sur le rôle de médiation qui pourrait être le sien afin de faciliter la recherche de compromis permettant d'éviter le pire.

Reste à savoir si, en l'absence d'une défense et d'une ligne commune européenne, l'Union est en mesure de jouer ce rôle de médiateur ou si le costume qu'elle aimerait revêtir ne lui serait pas démesurément grand.

A l'heure où la France vient de prendre pour six mois la présidence de l'Union, on mesure l'importance des enjeux que le président et son éventuel (le) successeur (e) auront à gérer et dès lors, des choix que nous allons devoir faire.

Et je n'ai pas évoqué la situation sanitaire !

Pas d'hésitation, vous pouvez, si vous le souhaitez, ne pas tenir compte du point d'interrogation qui, par précaution, ponctuait le titre du billet.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
J’ai appris deux choses <br /> Que tu considères Arthaud et Poutou comme de ta famille politique <br /> Que l’on prie le ciel à gauche, je la croyais laïque ou vouée au culte de l’être suprême <br /> Me voilà moins sot
Répondre
J
Mon cher Nemo. Je suis surpris que tu n'es appris que deux choses d'un texte aussi fondamental. Permets-moi de te rappeler (tu le sais puisque tu y as goûté) que la gauche est une grande famille et que, come dans la plupart des cas, elle compte aussi ses brebis égarées.. En l'occurrence, la gauche ne détient pas le monopole de la sottise. Elle a une forte concurrence sur son aile droite