Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

A Paul

 

Le 28 août dernier, j'avais publié sur ce blog un billet intitulé « Effondrement(s) ». Deux jours après, de l'hôpital où il séjournait et allait être transféré à son domicile, Paul m'appela.

Au ton de sa voix, j'ai très vite compris qu'il était entrain de perdre le combat qu'il avait engagé depuis plusieurs mois et qui serait le dernier.

Paul publiait régulièrement sur son blog certains de mes billets. Préalablement, il m'en informait toujours par un mail. Si ce 30 août il me téléphonait c'était, me dit-il, pour me demander si j'acceptais qu'il raccourcisse le texte avant de le publier, ce qu'il fit le jour même. Il s'agit à ma connaissance, du dernier billet qu'il ait publié sur son blog.

Il avait comme à l'accoutumée, fait précéder le texte d'un « chapeau » que je me permets de reproduire : « Je retrouve régulièrement dans le blog de mon ami Jean-José Colomès un traitement de l'actualité proche et complémentaire du mien.

C'est pourquoi je ne résiste pas aujourd'hui au plaisir de vous transmettre de larges extraits d'un texte très pertinent : Effondrements ».

Aujourd'hui, je me demande si ce 30 août, en m'appelant, Paul avec sa discrétion coutumière, n'a pas voulu tout simplement me dire au revoir.

Très affecté par sa disparition, je voudrais dire l'admiration et l'amitié que j'avais pour lui. Je pense que celle-ci était réciproque.

Nous avons longtemps fréquenté à Albi la même section du Parti Socialiste, il m'a fait l'honneur de me choisir comme son avocat. Je l'avais notamment défendu dans le cadre d'un procès que j'avais introduit contre un élu de droite du Tarn qui l'avait diffamé. Paul était très affecté des propos injurieux qui avaient été tenus à son encontre. Nous avons mené ensemble ce combat dont l'issue lui fut favorable.

J'ai eu enfin le plaisir de recevoir à plusieurs reprises Paul et son épouse Josèphe-Marie à Latour-de-France. Je veux exprimer à celle qui partagea sa vie ainsi qu'à ses proches, toute mon affection et mon empathie dans une épreuve si douloureuse.

Lors d'une de leurs visites à Latour-de-France, je me souviens d'une montée que nous avions tous les trois, entreprise pour la visite du château de Quéribus par un froid dimanche d'hiver balayé par une violente tramontane. J'ose à peine l'écrire, nous avions effectué la montée des dernières marches de l'escalier qui permet l'accès au château à quatre pattes, blottis contre le mur. Il en fut de même pour la descente.

Maire de Latour-de-France, j'avais avec le Conseil Municipal reçu Paul en mairie. Lorsqu'il venait dans le département, je l'accueillais avec plaisir dans notre Fenouillèdes. A cette occasion, je lui avais remis la médaille d'Honneur de la commune. Pour cette visite en mairie, il était accompagné d'une amie commune Renée Soum. Elle fut la première femme Députée du département des Pyrénées-Orientales. Renée et Paul avaient mené de nombreux combats communs notamment au cours des deux mandats de François Mitterrand alors Président de la République.

Paul Quilès fut en 1981, le directeur de campagne du futur Président socialiste. Il occupa ensuite différents postes ministériels dont celui de la Défense et de l'Intérieur.

Enfin, on ne peut évoquer la mémoire de Paul sans rappeler qu'il occupa le fauteuil de Député du Tarn dans la circonscription de Carmaux qui avait été auparavant celle de Jean Jaurès. Comme ce dernier, il s'était rangé dans le camp pacifiste et était un fervent défenseur du désarmement nucléaire.

Mon ami aimait se référer au grand tribun socialiste, en particulier, à son « Discours à la Jeunesse » qu'il prononça en juillet 1903 à Albi.

Jean Jaurès y affirme : « Le courage c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel ».

Le courage de Paul aura été de nous ouvrir le chemin menant à l'idéal. Un idéal qui reste à conquérir et qui fut le combat de sa vie.

Merci Paul.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Je comprends l’hommage ému de Paul Quiles , homme politique honnête et fidèle à ses convictions mails il y a toutefois un bémol: tout le monde se souvient que lors du Congrès du Parti socialiste qui avait suivi la victoire de 1981 , il avait prononcé ces mots: «  il ne faut pas se contenter de dire que des têtes vont tomber, il faut dire lesquelles et le dire rapidement «  , curieuse conception des transitions démocratiques !!
A cette époque peu s’en souviennent mais ce fut la valse des journalistes tv , même d’une célèbre présentatrice qui avait sans doute eu le tort d’inviter VGE et son accordéon.
La droite le surnomma Robespaul
Son courageux combat contre l’arme nucléaire et sa prolifération mérite le respect
Répondre