Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Vous faites erreur madame Polony, il y a bien un gouvernail !

Je le reconnais bien volontiers, il est plus aisé de distribuer les bons et les mauvais points, confortablement assis (e) derrière son bureau, que de plonger les mains dans le cambouis pour tenter de faire redémarrer la machine.

Les « y'aka » et les « fautqu'on » sont légion mais fort heureusement, ceux que vous assimilez aux « marins d'eau douce », reprenant la métaphore de Mélenchon sur le « capitaine de pédalo », savent garder la tête froide.

Non qu'Emmanuel Macron et Edouard Philippe soient exempts de toute critique. On peut sans exagérer soutenir que dès janvier, le gouvernement aurait dû se préoccuper des stocks de masques. On peut tout aussi légitimement convenir que face à la situation, les français pouvaient entendre un langage de vérité auquel ils n'ont pas eu droit. De même peut-on également se préoccuper du traçage des malades dans lequel nos dirigeants avancent à pas comptés (sinon à reculons), en privilégiant la menace trop grande susceptible de peser sur nos libertés.

Autre chose est de revenir sur la mesure de confinement ayant pris effet le mardi 17 mars et qui, comme vous le relevez, a jusqu'à présent fait « consensus ».
Je savais que Mr. Nicolas se débat du coté des tribunaux, j'ignorais que Docteur Sarkozy avait acquis une notoriété d'expert l'autorisant à se montrer « circonspect » sur une telle mesure. Il est vrai que son avis « réservé » rebat totalement les cartes !

Permettez-moi, à tout prendre, de préférer les préconisations délivrées par les experts du conseil scientifique qui ont fortement inspiré les décisions de nos dirigeants notamment concernant les conditions strictes de sortie du confinement. Au risque que certains d'entre nous, se sentent devenus des « citoyens en liberté surveillée » comme vous l'écrivez.

Aujourd'hui, certains demandent à cor et à cri la réouverture des plages, des cinémas, des bars, des restaurants et des lieux de culte. Les mêmes, seraient les premiers à critiquer nos gouvernants au cas où ceux-ci, après avoir cédé à ces demandes, seraient contraints de prendre comme vous l'envisagez, « de nouvelles mesures exceptionnelles ».

Ceux qui, aujourd'hui, s'élèvent avec force contre la réouverture des établissements scolaires au motif que le gouvernement céderait aux « injonctions du MEDEF », sont bien ceux qui auraient protesté contre « le creusement des inégalités » pour le cas ou le gouvernement aurait décidé d'une réouverture au mois de septembre.

Je n'exclus pas que sur telle ou telle décision qui va être mise en oeuvre, l'avenir ne contredise nos dirigeants. Nous naviguons en terres inconnues sans connaître le port de destination.

Le confinement a été décrété comme un peu partout dans le monde, non pour cause d'impréparation mais parce que la situation sanitaire l'exigeait. Trump et Johnson qui, dans un premier temps, avaient raillé une telle mesure, n'ont-ils pas changé d'avis ? Ceux qui ont tardé à prendre cette décision, ne l'ont-ils pas payé en termes de vies sacrifiées ? L'Allemagne, Singapour, que l'on cite volontiers en contre exemples, ont-ils définitivement réglé le problème ? Rien n'est moins sûr.

Chaque pays a sa propre histoire, ses spécificités, ses caractéristiques. La France a la chance d'avoir des chercheurs, des soignants, de très grande qualité et d'un grand dévouement. Parmi eux, les membres du conseil scientifique. Rassurez-vous madame Polony, tant à ce niveau qu'à celui de nos dirigeants, le gouvernail est solidement tenu même si nous sommes « cernés par les récifs ».

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Mme Polony , c'est Mme jesaistoutj'auraisfaitmieuxjesuisl'etoilequidevraitguidernosgouvernants
Les notions de nuance, d'humilité lui sont étrangères . Elle est le soleil, la boussole , la timoniere qui guide le pauvre peuple qui ne sait pas
Répondre