Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Sur la terre de Palestine, la fin du projet de faire coexister deux Etats ?

 

Peut-être l'avez-vous lu. Le 7 février dernier, j'avais consacré un billet, « La Plaisanterie », au « plan de paix » présenté quelques jours plus tôt, par le locataire de la Maison Blanche Donald Trump, accompagné du Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou.

Le titre du billet faisait référence à un ouvrage publié par Milan Kundera au début des années 70.

La plaisanterie c'était en l'espèce, l'annonce de cette vision d'une paix israélo-palestinienne bâtie sans que l'une des parties, les palestiniens, n'ait été consultée.

Ce plan qui prévoit notamment, l'annexion de tous les territoires occupés illégalement par Israël, l'impossibilité pour les palestiniens d'installer leur capitale dans Jérusalem-Est, n'est ni plus ni moins qu'une provocation violant les règles du droit international et les résolutions votées à l'ONU depuis 1945.

Trois mois et demi plus tard, Nétanyahou a pu se maintenir au pouvoir grâce à un accord arraché avec son adversaire lors des dernières législatives, Benny Gantz.

Le 14 mai dernier, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, s'est rendu en Israèl pour faire avancer la mise en œuvre du plan Trump-Nétanyahou.

L'opération liquidation de la Palestine s'accélère puisque à la date du 1er juillet, le « plan de paix » pourrait être mis en œuvre.

Il est urgent que la communauté internationale réagisse pour éviter l'irréparable. Celui-ci pourrait prendre la forme d'une reprise des attentats et mettrait un terme définitif au rêve né après la seconde guerre, de voir coexister dans la paix et la sécurité, deux Etats sur cette terre de Palestine.

Mon ami Antoine Garcia qui durant plus de 40 ans est parvenu à concilier son activité d'avocat à Bobigny puis à Nîmes avec une passion jamais démentie pour le flamenco comme pour l'art taurin, m'a fait parvenir le courrier adressé par le MRAP (mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) au Président de la République française.

En le publiant, j'ai voulu vous faire partager ce cri d'alarme qui nous concerne tous.

 


Monsieur le Président de la République,

Le gouvernement  israélien s'apprête à annexer, dès le 1er juillet, la vallée du Jourdain et des colonies israéliennes en Palestine occupée dans le droit fil du « plan de paix » du président Trump pour le Moyen-Orient révélé en janvier 2020.

L'extension de  souveraineté israélienne  à plus de 130 colonies juives  signifierait la mort définitive d'une solution à deux États. Jusqu'à maintenant, face à cette menace, les réactions de la communauté internationale et des États membres de l'Union européenne ont été très timides, voire inexistantes.

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne réunis le 15 mai se sont contentés de préparer des déclarations qui seront, comme d'autres, sans effet pour convaincre Israël de renoncer à son projet d'annexion.

Pour faire pression sur Israël et empêcher une nouvelle violation du droit international, des initiatives fortes et immédiates s'imposent.

La responsabilité et la crédibilité de l'Union européenne sont engagées. Il est temps d'en finir avec les rapports, les résolutions et les déclarations qui, depuis des années, n'ont pas empêché Israël de poursuivre le blocus de Gaza, la politique d'occupation et de colonisation des territoires palestiniens et d'annexion de Jérusalem-Est. Jusqu'à présent, rien n'a permis d'arrêter le projet colonial israélien.

Il faut en tirer les leçons, prendre des actes concrets et des sanctions économiques et commerciales, par exemple la suspension de l'accord entre l'UE et Israël, l'arrêt des accords de coopération scientifique qui arrivent à expiration en 2020.

La reconnaissance de l’État de Palestine, adoptée depuis longtemps par le Parlement français et proposée récemment par le ministre des affaires étrangères du Luxembourg, serait également un signal fort adressé au gouvernement israélien.

Pour pouvoir faire échec à la politique criminelle du gouvernement israélien, nous vous demandons, Monsieur le Président de la République, de défendre nos propositions devant les instances européennes.

Si l'Union européenne refusait de sanctionner Israël en cas d'annexion de territoires palestiniens, nous demandons que la France prenne des mesures concrètes de façon unilatérale pour qu'Israël renonce à ses projets d'annexion.

D'ores et déjà, la France doit interdire l'importation de tout produit issu d'une colonie ou territoire annexé, suspendre la coopération militaire et sécuritaire avec l’État d'Israël. Restant à votre disposition, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l'assurance de notre haute considération.


La co-présidence, Renée LE MIGNOT, Pierre MAIRAT, Jean-François QUANTIN

Association nationale d’éducation populaire – Organisation non gouvernementale dotée du statut consultatif auprès des Nations Unies – Membre de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme. 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Qui attend encore quelque chose des eunuques (plus ou moins pervers) qui ont gouverné, ,gouvernent ou aspirent à le faire?
Répondre
J
Merci Nemo de ta réaction. Il fallait le dire, c'est chose faite. J'ai dit.
Répondre
N
Les palestiniens ont le " choix" soit d'être annexes par un état qui se veut démocratique mais qui s'est donné comme premier ministre un personnage inculpé de corruption dont le procès doit durer trois ans , façon de l'enterrer, soit de continuer à être sous la coupe de dirigeants corrompus en Cisjordanie ou terroristes à Gaza .<br /> C'est a l'ONUde faire respecter ses propres résolutions mais ce machin est impuissant <br /> Trump et Poutine se sont repartis les sales besognes , l'un Israël , l'autre la Syrie et surtout que personne n'interfère
Répondre