Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

« Je ne conçois pas qu'on se planque... »

 

Ces mots forts sont ceux de Bruneau Retailleau sénateur de Vendée, un exemple de courage dont il faudra se souvenir.

Je veux parler du grand copain à Fillon. Oui, celui qui fut tout d'abord membre du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, vous savez cette nébuleuse « gauchiste » qui campe à la lisière du Front National.

Il rejoint ensuite l'UMP et sera le coordonnateur de la campagne présidentielle de Fillon avec le succès que l'on sait.

Il sera aussi un soutien indéfectible du très progressiste mouvement de la Manif pour Tous. Il s'est d'ailleurs promis de « réécrire » la loi Taubira...  Juré, craché !

Le Canard Enchaîné le désignera avec à propos comme le représentant de la « droite dure ».

 Ce courageux soldat pantoufle actuellement au Sénat à la tête du groupe Les Républicains. En fait de pantouflage, depuis la crise du corona virus, si l'on en croit le Figaro, il multiplie les interventions médiatiques, 42 depuis le 16 mars.

Le 4 mai, lors du vote au Sénat du plan de "déconfinement", monsieur Retailleau a demandé et obtenu du groupe LR, qu'il s'abstienne. Savez-vous pourquoi ? Le président du groupe a déclaré avoir « des doutes » sur la possibilité pour le gouvernement de réussir. En réalité, il reproche au chef du gouvernement d'avoir construit « sa stratégie  comme on fait un pari ».

Lundi, à la tribune, il est revenu sur le « pari à quitte ou double » du plan de "déconfinement" du gouvernement alors que le Premier Ministre confirmait : « Nous ne savons pas tout de ce virus....Des marges d'inconnu demeurent...Aucun pays au monde, aucun scientifique ne saurait aujourd'hui prédire l'été, l'automne, l'avenir qui nous attendent ». Aucun, à part peut-être monsieur Retailleau ?

Celui-ci, en dénonçant le « pari » gouvernemental, veut-il dire qu'il ne fallait pas "déconfiner" le pays au 11 mai ? Mais alors, s'il a une « stratégie » en tête, qu'il la livre !

Peut-être détient-il des informations totalement inédites sur l'évolution dans les prochaines semaines, les prochains mois, de la pandémie ? Peut-être connait-il la date à laquelle un médicament sera disponible ? A laquelle un vaccin sera mis sur le marché ?

Peut-être, tout simplement, monsieur Retailleau lit-il dans le marc de café ? A l'heure actuelle, à l'exception de messieurs Xi Jinping, Trump, Bolsonaro et... Retailleau, tous les dirigeants (ou qui ambitionnent de l'être) de la planète, quelles que soient leurs décisions, avancent dans l'inconnu et dès lors, parient sans certitude sur l'avenir.

Il est regrettable que l'énigmatique monsieur Retailleau qui a probablement des certitudes à opposer au « pari » gouvernemental, n'ait pas jugé utile d'en faire profiter les français.

Avouez que c'est un peu étrange puisque, la main sur le cœur, il déclare : « Je ne cherche rien de plus que le bien de mon pays ».

Et n'allez surtout pas imaginer que ce faisant, il se « planque ».

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Le seul pari qu'à fait le bon m. Retaillau jusqu'ici a été de croire que les français éliraient comme président quelqu'un qui avait détourné de l'argent public et la il ne s'est pas abstenu
Quel visionnaire !
Répondre