Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Une Europe à refonder.

Extrait du poème d'Arthur Rimbaud (1854-1891) Soleil et Chair :

                                                     Le long des fleuves bleus rougit les sombres mousses,

                                                     Zeus, Taureau, sur son cou berce comme une enfant

                                                     Le corps nu d'Europe, qui jette son bras blanc

                                                    Au cou nerveux du Dieu frissonnant dans la vague.

 

Si c'était encore nécessaire, la crise du coronavirus apporte une nouvelle fois, la démonstration que l'Europe n'existe pas ou si peu.

C'est l'évidence même, pas plus que le nuage de Tchernobyl, le virus qui sème un peu partout le désordre et réveille les grandes peurs au niveau planétaire, ne connait pas les frontières qui séparent les 27 pays composant l'Union Européenne.

Et pourtant, alors que l'on nous assure qu'il s'agit bien d'une « guerre » à mener contre la diffusion du virus, chaque pays part la fleur au fusil, sans concertation aucune avec ses partenaires (ou si peu), sans aucune coordination des mesures à prendre. Chacun fait à sa guise en fonction de sa propre perception du danger et de l'urgence à intervenir.

Parions que nos dirigeants européens seront plus prompts à réagir pour enrayer... l'effondrement du système boursier. Effondrement dont certains rendent en partie responsable la B.C.E. et sa présidente madame Lagarde qui n'a consenti que les efforts minimum pour préserver le système, en ne venant pas au secours des banques centrales.

Et ne parlons pas de solidarité. Dans la journée du 12 mars, nous avons appris qu'un pays venait au secours de l'Italie pour fournir les masques et autres appareillages médicaux qui font cruellement défaut.... la Chine !

Cette Chine qui avait été, voici quelques semaines raillée par nos élites dirigeantes et nos « experts » en tous genres. Qu'elle prenne des mesures contraignantes pour enrayer la diffusion du virus et nos « spécialistes » faisaient valoir qu'il n'y avait qu'une dictature pour prendre ce type de mesures. Les mêmes, ne manquaient pas d'invoquer le manque de masques et de matériel médical dans la population, défaillance inhérente, selon eux, à un régime totalitaire.

Autrement dit, la Chine qui paraît aujourd'hui avoir passé le pic de la crise, était voici à peine quelques jours, incapable de relever le défi lancé par ce virus.

Chez nous, le risque de propagation était faible sinon inexistant puisque, fin janvier, celle qui était alors notre ministre de la santé affirmait avec force : « le risque d'importation du coronavirus en France est pratiquement nul ». Elle insistait en ces termes : « le risque de propagation est très faible ».

Propos prémonitoires. Nous comptons actuellement plus de 3 000 personnes contaminées et nous nous rapprochons des 80 décès.

Finalement, pas plus qu'en matière de défense, de politique étrangère ou de politique migratoire, il faut en convenir, l'Europe de la santé n'existe pas.

Ainsi, en matière de défense, est-il admissible que la France supporte seule les conséquences notamment sur le plan humain de la lutte contre le terrorisme au Sahel alors même que c'est la sécurité de l'Europe toute entière qui est en jeu ?

Concernant la crise migratoire due pour l'essentiel à la situation en Syrie, les récentes menaces d'Erdogan et leur début de mise en œuvre, ont très vite montré qu'il n'y a aucune politique européenne commune concernant une situation qui dure depuis plus de 6 ans.

Pour compléter le tableau, les 27 pays ne se sont toujours pas accordés sur le Budget de l'Union Européenne pour la période de 7 ans allant de 2021 à 2027. Le montant total du futur budget, la répartition des dépenses, le financement ou encore les conditions d'attribution des fonds européens, font toujours l'objet d'âpres discussions qui laissent bien mal augurer d'un accord prochain.

Dès lors, sans accord sur des sujets essentiels qui conditionnent la vie des ressortissants de chaque Etat, il est permis de se poser la question de la refondation pure et simple de l'Union.

Une Europe à combien ? Avec quels Etats ? Avec quelles règles ? Pour quels objectifs ? Avec ou pas le maintien de la règle de l'unanimité ?

Pour juguler la crise du coronavirus, l'Italie et la Slovénie ont décidé unilatéralement de fermer leurs frontières. Même si la santé ne relève pas de la compétence communautaire, on ne peut que déplorer que des décisions de cette importance soient prises sans concertation avec les autres pays.

Nous avons beau jeu de nous indigner contre les décisions du Président des Etats-Unis qui visent principalement à fermer la porte à l'ensemble des pays de l'Union Européenne, alors que certains de nos membres se comportent de la même façon.

La nouvelle présidente de la Commission, Ursula von der Leyen s'est réjouie de ce que « la coordination entre Etats membres est excellente ».

Bien sûr, lorsqu'on ne décide rien en commun, lorsque l'on jette un voile pudique sur tous les désaccords, l'on peut en apparence considérer que la situation est « excellente ».

Reste à savoir si les peuples continueront à se retrouver dans l'Europe d'aujourd'hui. Ou si, toujours plus nombreux, répondant aux sirènes des extrêmes, ils ne considéreront pas que l'Union Européenne, prisonnière de ses contradictions qui la paralysent chaque jour d'avantage, n'a qu'un seul but, sauvegarder les intérêts financiers des plus puissants.

 

   L'enlèvement d'Europe par Zeus.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article