Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Manuel Valls l'unioniste, pour le meilleur et pour le rire.

 

Du haut des 13,20 % des voix obtenues le 26 mai dernier, celui qui se voyait maire de Barcelona après avoir renoncé à son mandat de député en France, entend distribuer les bons points et accessoirement, donner des leçons de démocratie.

Ainsi, dans une Tribune publiée par Le Monde du 22 octobre qu'il co-signe avec un historien, celui qui fut lors des dernières municipales, la tête de liste de la formation de la droite ultra-libérale Ciudadanos dans la capitale catalane, se livre à l'exégèse de l'éditorial du 18 octobre consacré par le quotidien du soir à la situation en Catalogne.

Que Le Monde souligne que la Cour Suprême a « infligé de lourdes peines » aux dirigeants indépendantistes et que l'on puisse s'interroger sur la « pertinence » d'une telle décision, déplait à l'ancien premier ministre socialiste qui ose affirmer : « Rarement, en si peu de lignes, on a pu lire autant d'affirmations qui aboutissent à donner de la crise catalane une image totalement biaisée ».

Son sens de la nuance, l'amène un peu plus loin, à affirmer que le Président de la Generalitat Quim Torra, refuse « d'assumer ses fonctions institutionnelles » et « agit comme un activiste ». Affirmations d'une extrême gravité qui ne sont étayées par rien si ce n'est la volonté de nuire.

Dans mon Billet « A problème politique, réponse politique » publiè le 19 octobre dernier, j'ai souligné l'attitude responsable du Président Quim Torra qui a dénoncé les violences et appelé à ce qu'elles cessent immédiatement. Il a par ailleurs affirmé que la solution à cette crise passe par le dialogue, la démocratie et l'autodétermination. Des propos qui seraient ceux d'un « activiste » selon l'ancien maire d'Evry !

Il faut souligner que depuis maintenant deux ans, les manifestations de soutien aux dirigeants indépendantistes emprisonnés, ont réuni des centaines de milliers de personnes sans la moindre provocation, sans la moindre violence.

Que lors des manifestations d'indignation contre une décision vécue douloureusement, quelques énergumènes aient voulu en profiter pour tenter de discréditer un mouvement puissant et déterminé, ne saurait tromper personne. Personne sauf Manuel Valls qui se préparerait à rejoindre Madrid pour une nouvelle aventure politique...

Les auteurs de cette Tribune affirment enfin que « ce sont les Constitutions qui fondent les droits politiques, ce ne sont pas les territoires ». On les renverra à la Charte des Nations-Unies de 1945 qui, place au dessus de tout, donc de la lettre des constitutions, le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Ce droit que les auteurs de l'article paraissent fouler aux pieds, à tout le moins méconnaitre.

Quelque peu excédé par de telles inepties énoncées en aussi peu de lignes, je me suis tourné vers ma vidéothèque.

J'y ai retrouvé « Les tontons flingueurs » dont le dialoguiste était Michel Audiart avec cette réplique culte de Lino Ventura  : « Les c..s, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait ».

 

J'avais tout à coup retrouvé ma sérénité et les tribulations de monsieur Valls me parurent bien dérisoires.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Continuez les graçons ! J'adore vos échanges, d'ailleurs "Nous finirons la guerre, avec des lance-pierres et si nous vivons demain, nous en viendrons aux mains....la la la...."
Répondre
J
Mon cher Nemo vous vous égarez. J'ai seulement évoqué un dialogue de la video que j'ai regardée. Tout rapprochement entre Manuel Valls et Lino Ventura ne peut être que le produit d'une imagination certes fertile mais qui peut s'égarer. Quant à Guy Béart, je l'adore mais retiendrai davantage "Un grain de sable explose Un grain c'est peu de chose Mais deux, mais dix, mais cent ça c'est intéressant".
Répondre
N
Qualifier de c.. un homme politique aussi courageux que Manuel Valls traduit un manque total d'arguments et encenser Quim Torra qui s'était illustré par des comportements ouvertement racistes relève de la même modération.
Pour ma part, je citerai Guy Beart : " le poète a dit la vérité , il doit être exécuté " .
Répondre