Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Le respect des élèves s'arrête-t-il à la porte des revendications ?

 

Il ne s'agit pas d'un sujet proposé aux épreuves de philosophie du baccalauréat 2019 qui se sont déroulées ce Lundi 17 juin.

Plus simplement, la question que je me suis posée ce jour aux environs de 7 heures du matin à l'heure où les candidats rejoignaient les établissements pour se soumettre aux épreuves.

Tout aussitôt, je me suis demandé quelle aurait été ma réaction si, 53 ans plus tôt, je m'étais retrouvé en situation de me rendre au centre d'examens sans savoir si, au motif d'une grève des surveillants, les épreuves pourraient se dérouler ou devraient être reportées à une date ultérieure.

Fort heureusement, les grévistes ont représenté moins de 10 % des enseignants concernés, les épreuves ont pu se dérouler sans perturbations grâce aux effectifs supplémentaires prévus par le ministère.

Il reste à espérer que les élèves qui, en entrant dans les établissements, faisaient part aux micros qui se tendaient, du stress supplémentaire que cette situation provoquait chez eux, aient pu le surmonter et aient affronté dans les meilleures conditions les sujets qui leur étaient proposés.

Mon propos ne vise nullement à apporter mon soutien à une réforme qui entrera en vigueur en … 2021.

Je me borne à constater que certains syndicats la soutiennent, d'autres la contestent et que le Ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, soutenait ce matin sur France-Inter, qu'elle avait fait l'objet d'une très large concertation.

Ce qui me pose problème, c'est qu'en prétendant oeuvrer dans leur intérêt, on puisse prendre des milliers de candidats en otage lorsque se joue la possibilité pour chacun de passer au niveau supérieur, l'entrée à l'Université.

Ma sympathie va davantage vers les enseignants qui ont pu se mettre à disposition des élèves, à titre bénévole, pour les aider dans la préparation de leurs épreuves.

Enfin, pour ceux qui peuvent légitimement considérer que la situation nécessite de recourir à la grève, ils auraient pu de cette façon, dès le début de septembre prochain, faire valoir auprès de leur collègues, leurs arguments.

Finalement, j'aurais préféré intituler ce coup de gueule : Le respect des élèves a conduit les syndicats enseignants à renoncer à la grève en période d'examens.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Et si l’on supprimait ce bon vieux bac, qui n’ouvre plus beaucoup de portes, qui coûte cher et qui ampute le 3ème trimestre d’un mois qui pourrait être consacré à approfondir le programme de Terminale ?
On remplacerait l’examen par un diplôme de fin d’études secondaires, le même pour tout le monde, ainsi, pas de discrimination selon le lycée d’origine ...
La sélection s’effectuerait à la fac, lors des partiels de janvier ... La sanction des notes servirait à l’étudiant d’indicateur fiable pour choisir l’orientation la plus adaptée à son cas...
Répondre