Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Il mio biglietto dall'Italia : Antonio, Cesare,Matteo et les autres...

Cesare Battisti (1875/1916, journaliste et homme politique italien)

Le 12 janvier 2019, alors que nous arrivions dans la capitale italienne, la presse annonçait l'arrestation de Cesare Battisti, après 38 ans de cavale. Ce qui permettait à Matteo Salvini d'applaudir en déclarant : "La fête est finie".

Quelle fête Monsieur le ministre ?

Battisti membre d'une des factions d'extrême gauche, a été impliqué dans quatre homicides qu'il a toujours contestés et a été condamné définitivement à la réclusion à perpétuité.

Pendant une trentaine d'années il a erré après s'être évadé en 1981 de prison. Il a d'abord fui en France où il a bénéficié de la politique d'accueil des militants d'extrême gauche durant les années Mitterand puis, le Président Chirac ayant accepté de l'extrader, Battisti s'est exilé au Mexique avant de s'installer au Brésil. Le Président Lula, le dernier jour de son mandat, s'opposera à son extradition alors que celle-ci avait été autorisée par la Cour Suprême.

Quelques jours avant l'arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, Battisti disparaissait une nouvelle fois. Lors de son arrestation à Santa Cruz en Bolivie, Battisti errait dans les rues avec seulement quelques bolivars en poche. On aurait pu penser que le Président Evo Morales interviendrait pour ne pas permettre l'extradition, il n'en fut rien.

Je ne sais s'il faut accorder crédit aux dénégations de Battisti concernant les crimes pour lesquels il a été définitivement condamné. Ce que je sais, c'est qu'en Droit français, la prescription de la peine en matière criminelle est de vingt ans. Même si cette arrestation est conforme au Droit italien, la perspective pour Battisti, à 64 ans, de terminer ses jours en prison, pose problème lorsqu'il s'agit de faits commis voici au moins 40 ans, c'est-à-dire, entre 1976 et 1979.

Cela n'a rien à voir avec la compassion que l'on peut ressentir à l'égard des victimes et de leurs familles.

Le problème est d'autant plus grave que l'Italie est membre fondateur de l'Europe des Droits de l'Homme et des valeurs humanistes.

On constate, en ce début du XXIème siècle, que ces valeurs sont bien malmenées dans bien des pays européens.

Au même moment, l'Italie se réjouit à juste titre de voir la ville de Matera où en 1979 fut tourné le chef d'oeuvre de Francesco Rosi, "Le Christ s'est arrêté à Eboli", capitale européenne de la culture pour 2019.

Alors que la Grande Bretagne ne sait plus si elle veut ou non sortir de l'Europe, les prochaines élections décideront des choix qui seront faits dans les années à venir.

Soit le trio Le Pen, Salvini et Orban sera aux commandes pour nous amener vers le repli sur soi, l'abandon des valeurs auxquelles nous sommes attachés, soit le choix d'une Europe qui protège, sait se montrer généreuse et conjugue liberté et solidarité, sera effectué. C'est, il faut l'affirmer, l'Europe à laquelle nous sommes attachés.

Il convient de tout faire pour que la démocratie n'ait pas été qu'une parenthèse bientôt refermée.

Antonio Gramsci avait écrit : "Le vieux monde se meurt, le nouveau est lent à apparaître, c'est dans ce clair-obscur que surgissent les monstres".

Sachons nous en souvenir.

 

Quel maître des horloges ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
je ne crois pas que le cas Battesti soit le meilleur angle d'attaque contre Salvini .
Si ce Battesti est innocent il n'avait qu'à épuiser les voies de recours dans son pays au lieu d'être en errance permanente . Je regrette que le sphinx Mitterand lui ait apporté son aide mais ce n'est pas la seule vilenie qu'il ait commise .
certes désormais il y a la prescription de la peine , j'ignore de combien elle est en Italie mais j'ai confiance non en Salvini mais en la Justice italienne qui a démontré ces dernières années au travers du sacrifice de plusieurs de ses serviteurs qu'elle était indépendante jusqu'à la mort
Répondre