Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Mes chemins de traverse.

Je pense les avoir empruntés tout au long de ma vie de nombreuses fois. Ils m'ont parfois conduit à des impasses. Peu importe, je m'y suis à nouveau fourvoyé... Ainsi va la vie....

Le besoin à la fin de l'année 2017 de créer un blog participe, d'une certaine façon, de la thérapie que je me suis administré.

A travers mes réactions sur un sujet d'actualité, mes lectures, mes souvenirs, j'ai souhaité retrouver l'essentiel, c'est-à-dire les valeurs auxquelles, à soixante douze ans, je continue à croire. Le faire si possible en conservant une dose d'autodérision. Manifester cette capacité d'indignation que nous avons tous au fond de nous-même. Voilà quelques unes des raisons pour lesquelles j'ai entrepris cette tâche.

Ce blog a suscité à mon goût, trop peu de réactions auprès des cent vingt lecteurs potentiels que j'informe régulièrement de chaque parution. Désintérêt ? Discrétion ? Absence de pertinence des sujets traités ? Manque de temps et d'autres priorités ? Peut-être un peu de tout cela.

Bien sûr, je n'ai pas manqué de sourire face aux réactions de l'ami Nemo, aux enthousiasmes de mon fan club dont les membres (féminins) se comptent sur les doigts d'une main.

Je me suis demandé s'il convenait d'en rester là. J'ai décidé de le poursuivre pour les mêmes raisons qui m'ont amené il y a un an à le créer. C'est une centaine de publications que vous pouvez aujourd'hui, y trouver.

Elles comprennent des erreurs d'appréciation de ma part. Tel fut le cas lorsqu'au printemps 2016, je me suis enthousiasmé à l'idée d'élire un président de moins de quarante ans.

Concernant mes engagements pour la défense des prisonniers politiques en Catalogne, je n'ai aucun regret et je pourrais aujourd'hui réécrire les mêmes textes.

Je ne sais si le terme « fidélité » figure dans un de mes billets. Je ne sais s'il correspond le mieux au personnage que je suis ou que j'ai laissé paraître.

Je voulais, pour terminer, vous qui m'êtes fidèles, vous remercier du fond du cœur. Comme tout un chacun, je vis avec mes faiblesses, quelques fois mes petites lâchetés qui m'ont amené à emprunter trop souvent, des... chemins de traverse.

 

Le clocher-tour à Latour de France

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Les chemins de traverse ne sont que des moyens détournés pour nous ramener sur la route...comme j'aimerais entendre aujourd'hui , dans ce vacarme de souffrance , les paroles d'un " homme de bien " que je viens de lire...
Répondre
M
Mon copain Aristote (384 av JC, 322 av JC) a dit, entre autres vérités, "Tu connaîtras la justesse de ton chemin à ce qu'il t'aura rendu heureux"... Pour Jean de la Fontaine "On rencontre souvent sa destinée par les chemins qu'on prend pour l'éviter"... Quant à moi, modestement, je dis que tu es tout à fait fidèle à celui que j'ai connu il y a quarante et quelques années !... Et c'est très bien !!!
Répondre