Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Tout ça pour ça ?

Le Regard de Plantu dans Le Monde du 17 octobre 2018

 

C'est l'interrogation la plus entendue et la plus lue après le remaniement ministériel intervenu le 16 octobre.

Ce remaniement est la conséquence de la démission intervenue 13 jours auparavant de Gérard Collomb, Ministre de l'Intérieur.

Contrairement à ce qui s'était produit lors de la démission de Nicolas Hulot, il ne s'est pas agi d'un remplacement poste pour poste mais d'un remaniement plus large avec des entrants et des sortants ainsi qu'une évolution des structures de certains ministères (l'Education, la Cohésion des Territoires).

Très certainement, cela signifie que le chef de l'Etat entend tirer les leçons d'un an et demi d'exercice du pouvoir et souhaitait composer un gouvernement mieux à même d'affronter les prochaines échéances, notamment mais pas seulement, électorales.

Quoi de plus normal et y avait-il matière à gloser comme cela fut le cas pendant les deux semaines précédentes ?

On rappellera qu'un gouvernement était en place et assumait ses responsabilités même si quelques réunions ont dû être ajournées dans tel ou tel ministère.

Qui a fait « monter la mayonnaise » durant ces 13 jours sinon la presse télévisée, radiodiffusée ou écrite ainsi que les formations d'opposition !

Le journal Le Monde daté du 17 Octobre peut bien titrer sur un remaniement « sans éclat », sa journaliste et éditorialiste , l'excellente Françoise Fressoz, peut bien s'interroger « tout ça pour ça ? » à l'instar de nombre de politiques, la situation que l'on vient de vivre n'a rien qui puisse justifier que l'on parle de « fébrilité » au sommet de l'Etat.

La Belgique, pendant de longs mois a été privée de gouvernement. Durant cette période, le pays a continué à fonctionner sans dommage majeur. Or, tel n'a pas été le cas de notre pays qui n'a cessé d' être gouverné par une équipe au complet, le Premier Ministre ayant également assuré les fonctions de Ministre de l'Intérieur pendant ce laps de temps.

Une telle situation s'est déjà produite sans soulever les cris d'orfraie entendus. Ce cumul durant moins de deux semaines n'a nullement nui à la France.

Comparer, comme certains ont osé le faire, la situation que nous avons vécue ces derniers jours à « l'instabilité » de la Quatrième République, relève d'un abus de langage.

La Constitution de la Cinquième République a été respectée tant dans sa lettre que dans son esprit.

Tout le reste n'est que littérature.

Edouard Philippe a eu raison de parler de « l'écume des choses ».

On peut soutenir ou contester « le sens de l'action » rappelé le soir même par le Président de la République lors de son intervention télévisée.

Tenter d'affaiblir nos institutions à travers la dénonciation de dysfonctionnements qui n'ont existé que dans l'imagination d'exégètes zélés, relève tout simplement de la plaisanterie.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article