Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Au YEMEN, silence ! On tue.

 

Dans l'Antiquité ce fut un territoire du Royaume de Saba.

Le Yémen est situé à la pointe Sud-Ouest de la péninsule d'Arabie. La République du même nom est issue de la réunion le 22 mai 1990 du Yémen du Nord et du Yémen du Sud.

Elle compte environ vingt huit millions d'habitants.

Sa capitale est Sanaa, son principal port Aden.

Le 9 Août dernier, une bombe s'écrase sur un bus rempli d'enfants sortant d'un centre aéré dans la province de Saada dans l'extrême Nord du pays, province frontalière de l'Arabie Saoudite. Bilan : 51 morts et 79 blessés. Le projectile à l'origine du « carnage » serait une bombe de fabrication américaine, fournie par les Etats-Unis à son allié inconditionnel, l'Arabie Saoudite du roi Salman Ben Abdelaziz Al Saoud et du prince héritier, son fils Mohammed Ben Salman dit MBS.

Comment a-t-on pu en arriver là ?

Pour comprendre que le Conseil des Droits de l'Homme des Nations-Unies enquête sur de possibles crime de guerre commis au Yémen, il convient de situer le conflit actuel dans la guerre que se livrent par procuration deux Etats, l'Arabie Saoudite sunnite et l'Iran chiite avec pour enjeu, la domination du monde musulman.

Derrière ce conflit « par procuration », certains y voient même un « bras de fer » américano-russe.

En 2004, la minorité chiite de confession zaïdite ne reconnaissant pas le Président Saleh alors à la tête du pays, a organisé dans le gouvernorat de Sad'ha (Nord-Ouest du Yémen), une rébellion armée contre les forces du gouvernement. Dès Novembre 2009, l'Arabie Saoudite intervient militairement contre la rébellion.

Depuis Mars 2015, une coalition de plusieurs pays arabes sunnites menée par l'Arabie Saoudite et comprenant notamment les Emirats Arabes Unis, a entrepris de lancer des frappes aériennes contre les positions rebelles Houthis.En trois ans et demi d'interventions, on compterait du côté de la coalition, 18 000 raids aériens ayant frappé notamment les populations civiles.

Selon une estimation du bureau du haut-commissaire de l'ONU aux Droits de l'Homme, sur un total de 6 600 civils tués depuis mars 2015, 4 300 ont péri dans des bombardements de la coaltion menée par l'Arabie Saoudite.

Parmi les soutiens et les fournisseurs d'armes aux pays de la coalition, on trouve les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, alliés traditionnels et inconditionnels de Riyad, mais aussi la France, l'Allemagne et l'Espagne.

Entre les juteux contrats liés à la vente d'armement et les considérations humanitaires, le choix est malheureusement vite fait...

Coté rébellion, les américains accusent l'Iran de fournir des missiles aux houtistes qui contrôlent le nord du pays. Ces armes, seraient utilisées régulièrement contre l'Arabie Saoudite voisine.

Le groupe d'experts missionnés par le Conseil des Droits de l'Homme des Nations-Unies et dont le mandat a été prolongé d'un an le 28 Septembre dernier, a remis un premier rapport dénonçant la coalition menée par l'Arabie Saoudite et les rebelles houtistes de s'être rendus coupables de possibles crimes de guerre.

Ce rapport dénonce également des cas de torture dans des centres de détention contrôlés par les Emirats Arabes Unis ainsi que l'enrôlement d'enfants-soldats par leurs alliés yéménites. De leur coté, les rebelles houthistes, seraient également coutumiers de telles violations.

Le 4 Décembre 2017, l'ancien Président Saleh auquel avait succédé en 2012, l'actuel Président Hadi, était assassiné à Sanaa.

Le même mois, l'ONU indiquait que « huit millions de personnes sont à deux doigts de la famine » en raison du blocus des ports.

Selon le Comité International de la Croix Rouge, au Yémen, plus d'un million de personnes seraient atteintes du choléra.

Dans la quasi-indifférence, dans la péninsule d'Arabie, est perpétré sous nos yeux un massacre qui pourrait, si l'on en croit l'ONU, déboucher sur la plus grande crise humanitaire jamais vécue.

Comme pour la population des Rohingya, sujet que j'ai abordé dans un précédent Billet, le risque de récupération de ces drames humains par des organisations terroristes est réel.

Il est grand temps que la communauté internationale, au-delà des réactions « embarrassées », prenne ses responsabilités. Des sanctions contre les bélligérants commençant par un embargo sur la livraison des armes doivent intervenir d'urgence. Il sera ensuite un peu tard pour se lamenter.

 

Comme si les malheurs d'une guerre, que Louis Aragon dénonçait en 1956 dans son Poème « La guerre et ce qui s'en suit » nous étaient devenus, soixante ans plus tard, totalement étrangers :

« Tu n'en reviendras pas toi qui courais les filles

Jeune homme dont j'ai vu battre le cœur à nu

Quand j'ai déchiré ta chemise et toi non plus

Tu n'en reviendras pas vieux joueur de manille

Qu'un obus a coupé par le travers en deux

Pour une fois qu'il avait un jeu du tonnerre

Et toi le tatoué l'ancien légionnaire

Tu survivras longtemps sans visage sans yeux ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Est-ce pire qu'en Syrie ? probablement non , mais on ne peut faire une hiérarchie de l'horreur
c'est d'Arabie Saoudite que vient Ben Laden qui a organisé le plus grand attentat terroriste de l'histoire
c'est vers l'Arabie Saoudite que certains de nos radicalisés se tournent car on y vivrait l'islam le plus pur , l'un d'eux me l'a dit en face et publiquement ( il est vrai que c'était avant que les femmes ne soient autorisées à conduire et à aller au spectacle!!!)
mais si d'aventure l'Iran , presque possesseur de la bombe atomique , prenait le contrôle de la péninsule arabique après avoir pris celui du petit Liban et d'une partie de la Syrie , ce serait inacceptable pour Israel et pour la paix du monde et cela pourrait entraîner une guerre nucléaire autrement plus dévastatrice.
donc il faut être prudent dans l'autoflagellation bien française
Répondre
J
Effectivement il serait grand temps ! Il faut abolir le droit de veto des grandes puissance à l'ONU, et contraindre les belligérants, pour que cesse ce massacre. Demain il sera trop.
Répondre