Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Fora Rajoy !

 

Il n'est jamais simple de réagir à chaud à un événement. Le risque est grand de ne pas avoir le recul nécessaire pour une analyse sereine.

Prenons-le, car il n'est pas possible de rester sans réaction après le vote intervenu ce matin au Parlement espagnol.

Le chef du gouvernement l'avait d'ailleurs anticipé, puisque peu avant, il avait remis sa démission.

C'est par 180 voix sur 350 que la motion de censure déposée par le leader socialiste Pedro Sanchez a été votée (la majorité absolue était de 176).

Saluons tout d'abord ce qui était devenu une mesure de salubrité publique.

Depuis longtemps, le Parti Populaire avec à sa tête l'ancien chef du gouvernement, est empêtré dans des scandales de corruption atteignant ses plus hauts dirigeants.

Récemment, dans le cadre du procès dit Gürtel, c'est une dizaine d'élus du PP (maires, ancien ministres, dirigeants...) qui ont été condamnés par l'Audience Nationale. Le Parti Populaire lui-même, a également été condamné.

Son chef, Mariano Rajoy, avait vu sa crédibilité mise en doute par la Haute Juridiction.

Les juges ont retenu qu'avait été mis en place « un authentique système de corruption institutionnelle ».

Six formations politiques, parmi lesquelles les indépendantistes catalans et le PNV (nationalistes basques), ont voté la motion de censure.

Et maintenant ?

Le gouvernement qui sera dirigé par Pedro Sanchez ira-t-il jusqu'au terme de la législature en 2020 ou les espagnols vont-ils vers des élections anticipées ?

Les formations qui ont voté la censure, pourront-elles s'accorder sur un programme de gouvernement ?

Autant de questions qui, ces prochains jours ou prochaines semaines, recevront les réponses permettant d'y voir plus clair.

Ce qui paraît une quasi-certitude, c'est la participation de Podemos au prochain gouvernement.

Quelle sera l'attitude de Pedro Sanchez à l'égard de la crise en Catalogne ?

Il s'est engagé à « jeter les ponts pour dialoguer ».

C'est un premier pas, mais insuffisant.

Après la constitution par Quim Torra d'un gouvernement ne comprenant ni exilés ni incarcérés, il convient que sans délai, la tutelle mise en place en application de l'article 155 soit levée.

Les institutions catalanes, doivent retrouver très vite, leur pleine compétence.

Il convient également de créer les conditions pour que les poursuites judiciaires mises en œuvre par le précédent gouvernement soient abandonnées.

Enfin, il conviendra effectivement, que le dialogue soit renoué concernant l'avenir institutionnel de l'Espagne et le désir très fort en Catalogne, de mettre en place « La République Catalane ».

Peut-être un referendum en Catalogne concernant le maintien ou non de sa présence dans le cadre actuel de l'Espagne ?

Aujourd'hui, savourons la satisfaction de ne plus avoir à la tête de ce magnifique pays des dirigeants corrompus.

Certains diront, je ne sais s'ils exagéreront, que ce 1er Juin 2018, Franco est mort une deuxième fois.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
L'Espagne une dictature franquiste ???.....fora Rajoy , la "valse" des premiers ministrables peut commencer...
Répondre
J
Depuis le rétablissement de la démocratie en Espagne le gouvernement Rajoy est le premier à tomber après une motion de censure. L'Espagne n'est pas l'Italie. Par contre il est exact qu'en matière de corruption, ce gouvernement aura battu tous les records. Bonne journée chère Chantal.
A
Un choix judicieux. Mon petit doigt me dit également que le nouveau chef du gouvernement rechercherait avant d'annoncer sa composition, du coté de magistrats catalans ayant exercé de ce coté des Pyrénées. Attendons, nous verrons bien.
Répondre
N
Selon une dernière minute , le nouveau chef du gouvernement espagnol vient de nommer le leader de podemos au poste de ministre en charge du logement social et un avocat honoraire catalan ministre délégué à la Generalitat
Répondre