Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Pourquoi je boycotterai VISA pour l'image 2018.

 

Le 18 mai dernier, Jean-François Leroy, directeur du Festival VISA pour l'image, a donné une conférence de presse pour présenter la trentième édition de la remarquable manifestation annuelle qu'accueille Perpignan la Catalane.

Las, lors de cette conférence, JF Leroy, a annoncé qu'aucune exposition ne sera consacrée aux événements en Catalogne.

Il a justifié sa décision, selon le journal local l'Indépendant, en ces termes :

« Je n'ai rien vu d'intéressant en dehors des photos des manifestations mais 40 photos de drapeaux ne font pas une expo. »

Même si le directeur de VISA a annoncé qu'au Campo Santo, il y aurait une projection video concernant la situation en Catalogne, il s'agit d'un cautère sur une jambe de bois.

Fidèle visiteur depuis sa création du Festival VISA pour l'image, je déplore la décision de son directeur et , à mon grand regret, je zapperai l'édition 2018, conscient que je me priverai des remarquables expositions habituellement présentées.

La Catalogne nord ne peut rester indifférente à un tel parti pris qui marginalise le combat que mènent dans des conditions répressives complexes, nos frères du sud.

Je joins ma réaction publiée ce jour dans ma page FB.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
j'ai bien lu boycott , votre interlocuteur éclairé ne doit pas avoir pris connaissance des deux articles.
je ne trouve pas pour ma part l'article paru dans la presse équilibré mais tout auteur a le droit le plus strict de donner son opinion partisane qui plus est dans son blog
on évoque 800 blessés mais la lecture de divers articles de presse indépendante de différents medias espagnols et français fait état de 2 blessés alors les 798 autres n'ont peut-être pas jugé utile de se rendre dans un hôpital!
l'équilibre devrait faire état des blessés parmi les policiers mais tout le monde s'en fout puisqu'ils sont payés pour ça et pour la plupart n'étaient pas catalans
Puigdemont n'est pas en exil , personne ne l'a contraint à quitter son pays , il l'a fait volontairement après son acte illégal pour fuir ses responsabilités et internationaliser le conflit qu'il a créé sans d'ailleurs y parvenir
on parle de prisonniers politiques mais doit-on admettre des actes illégaux des politiques parce qu'ils sont des politiques?
En France on n'a pas parlé de condamnés politiques pour Chirac , Cahuzac etc
Alors violer la Constitution serait-il tolérable ? On peut certes la changer mais il faut un vote de toute l'Espagne.
Enfin sur le fond , une Europe des régions serait le meilleur moyen d'affaiblir l'Europe , de la rendre inaudible , impuissante , ingouvernable. On a déjà les exemples malheureux de Malte et du Luxembourg et autres
Répondre
A
Votre première réaction portait sur le texte signé à quatre mains "de la stupéfaction à la réprobation". Je maintiens, il ne comporte ni sommation ni appel au boycott. Le texte sur lequel vous réagissez n'émane que d'un seul des signataires, à savoir l'animateur du blog. Il n'engage nullement les trois autres signataires. Il s'agit d'une réaction individuelle et à chaud. Sur le fond, je maintiens que les dirigeants indépendantistes emprisonnés en Espagne sont des prisonniers politiques contrairement à l'ancien ministre Cahuzac que vous citez, si tant est qu'il le soit un jour..... Je maintiens également que Puigdemont et ses amis qui se trouvent dans différents pays d'Europe, sont bien des exilés politiques, ayant été obligés de fuir pour échapper à une incarcération et devenir ainsi, des otages aux mains du pouvoir espagnol. Concernant une éventuelle Europe des régions, dont on parlait bien avant que se développe le mouvement indépendantiste catalan, je conçois qu'il puisse exister des positions divergentes.J'ajouterai que je ne me range nullement dans le camp des indépendantistes mais dans celui des défenseurs des libertés partout où elles sont bafouées, de Madrid à Moscou, de Varsovie à Manille, de Pékin à Pyonyang.