Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Peut-on critiquer Israël sans être taxé d'antisémitisme ?

 

Mon dernier Billet d'Humeur publié le 28 mars, s'intitule « Une digue contre le racisme et l'antisémitisme ».

J'y dénonce notamment, l'assassinat à Paris de Mireille Knoll, octogénaire de confession juive, commis le 23 mars dans son appartement.

Vendredi 30 mars, dans la bande de Gaza, une manifestation rassemblant plusieurs dizaines de milliers de palestiniens, avait lieu à la frontière avec Israël pour réclamer le droit au retour sur la terre dont ils ont été chassés en 1948.

Cette manifestation avait, de l'avis général, un caractère pacifique.

A aucun moment les palestiniens n'ont franchi ou tenté de franchir la clôture séparant Gaza d'Israël.

Le bilan de la journée côté palestinien est de 18 morts et de 1 400 blessés dont, plusieurs centaines, par balles réelles.

On peut discuter de l'opportunité de la « grande marche du retour » qui, en principe, devrait durer 6 semaines.

On peut porter un regard critique et pourquoi pas très sévère sur la manière dont le Hamas a administré la bande de Gaza depuis qu'il y avait gagné les législatives de Janvier 2006.

On peut enfin déplorer les relations exécrables qu'entretiennent d'un coté l'Autorité Palestinienne, de l'autre le Hamas, toutes tentatives de réconciliation ayant lamentablement échoué …. au détriment du peuple palestinien.

Il n'en reste pas moins, que le 30 Mars, à aucun moment, les manifestants n'ont essayé de franchir la frontière.

Nombre d'entre eux étaient venus en famille, avec femme et enfants et ont eu une attitude pacifique.

Bien entendu, coté israélien, parmi les militaires ayant fait usage de balles réelles, on n'a pas déploré le moindre blessé.

Ce bain de sang provoqué par les tirs de l'armée israélienne à travers la ligne frontière sur la population civile, en l'absence de toute menace sérieuse, porte en Droit Pénal International un nom.    Il s'agit d'actes constituant un CRIME DE GUERRE.

Ces événements, d'une gravité exceptionnelle, sont à rapprocher de la politique de colonisation menée par Israël ainsi que de la décision, prise en Novembre dernier par Monsieur Trump, de transférer l'Ambassade des États-Unis de Tel- Aviv à Jérusalem.

Comme on pouvait s'y attendre, les États-Unis se sont opposés au Conseil de Sécurité de l'ONU à la mise en place d'une enquête internationale indépendante.

On comprend mieux, à la lecture de ces événements, qu'Israël ait combattu la création de la Cour Pénale Internationale..... qui est compétente, notamment, pour juger des crimes de guerre.

Monsieur Netanyahu peut dès lors se consacrer à ses propres ennuis judiciaires  et aux accusations de corruption portées contre lui...

Il n'y a aucune contradiction à s'indigner du lâche assassinat d'une rescapée de la rafle du Vel d'Hiv pour des motifs semble-t-il, à caractère antisémite et dans le même temps, d'exiger que les auteurs du massacre commis le Vendredi 30 mars, à la frontière de la bande de Gaza, aient à répondre de leurs crimes.

Bien au contraire, c'est dans les deux cas combattre ce qui est à la base de tels actes : la haine de l'autre.

On relèvera simplement que ce Vendredi 30 Mars, Israël commençait à fêter la Pâque juive......

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article