Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

La libération de Carles Puigdemont ou quand le journal Le Monde confond vitesse et précipitation.

Le Monde du 5 Avril, consécutivement au placement en détention le 25 Mars de l'ancien Président de la Generalitat, annonçait que le Parquet allemand a « reconnu la validité en droit allemand des deux chefs d'inculpation » à savoir, le « détournement de fonds publics » et la « rébellion ».

Et il concluait ainsi  : « le Parquet a déclaré recevable la demande d'extradition formulée par Madrid ».

Le lecteur du quotidien, qui n'est pas forcément titulaire d'un diplôme de Droit, pouvait en conclure que la demande d'extradition présentée par Madrid avait donc été  validée  par la Justice allemande ce qui constituait une victoire à mettre au crédit du gouvernement espagnol.

Il n'en était pas tout à fait ainsi.....

Il se trouve en effet, qu'en Allemagne comme en France, dans le fonctionnement d'une Justice indépendante, les réquisitions prises par le Parquet (dans le cas présent le Procureur Général du Land du Schleswig-Holstein) ne sont pas forcément suivies par les Juges du siège (en l'occurence le Tribunal Supérieur Régional du Schleswig-Holstein).

Cette nuance a manifestement échappé au journal Le Monde.

Or, il n'ignore nullement que si, comme c'est le cas en France, les magistrats du Parquet sont hiérarchiquement dépendants du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, les Juges du siège bénéficient d'un statut qui garantit leur indépendance du pouvoir politique.

De même, c'est en toute indépendance du pouvoir, que les juges composant le Tribunal Supérieur Régional ont considéré, contrairement au Procureur Général, que la « rébellion » reprochée par Madrid à Carles Puigdemont, ne trouvait pas son équivalent dans la « haute trahison » incriminée et punie dans le Code Pénal allemand.

Ils ont enfin considéré, contrairement au Procureur Général, que le « détournement de fonds publics », qui existe dans les deux législations, au vu du dossier transmis par Madrid, ne justifiait pas le maintien en détention de l'ancien Président.

Le Monde, qui habituellement, se caractérise par la diffusion d'une information argumentée et équilibrée, a en l'espèce péché par excès " d'optimisme"  en informant ses lecteurs que la position du Parquet Général valait validation  des demandes formulées par la justice espagnole aux ordres de Monsieur Rajoy.

Les événements qui, depuis Octobre dernier, secouent la péninsule ibérique, montrent que vérité au delà du Rhin n'est pas forcément vérité au delà des Pyrénées.

Dans son édition du 7 Avril, Le Monde annonce le jugement intervenu deux jours plus tôt et ne peut que constater que  « la décision de la Justice allemande est un sérieux revers poltique et juridique pour Madrid ».

Même s'il relève avec prudence que « la suite de l'histoire reste incertaine »......

Le service minimum a ainsi été assuré.

Dont acte.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article