Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes réactions à l'actualité politique intérieure et internationale, sociétale, sociale .... .... Avec légèreté, chaque fois que je le peux ! Je fais mienne la formule de Philippe Meyer (Mammifère omnivore) "Nous vivons une époque moderne !"

Quelle laïcité ?

 

Le troisième anniversaire des attentats terroristes commis en Janvier 2015 qui ont fait 17 morts, est l'occasion pour certains d'ouvrir une nouvelle fois le débat sur la laïcité.

Doit-on privilégier une conception « dure » de la laïcité ?

Faut-il au contraire adopter sur la question une position tolérante prônant le dialogue ?

Ce débat rejoint celui que l'on avait connu pendant la campagne des présidentielles, certains considérant qu'il ne faut rien toucher à la loi de 1905 qui se suffit à elle-même, alors que pour d'autres, plus d'un siècle après son adoption, cette loi devrait être « toilettée » car inadaptée aux enjeux actuels.

Je ne prétends pas, à travers ces quelques lignes, trancher ce débat sur lequel s'affrontent des spécialistes aussi éminents qu'Elisabeth Badinter, Manuel Valls, Edwy Plenel ou Jean-Louis Bianco pour ne citer que ceux-là.

Mon propos vise d'avantage à rappeler les principes contenus dans la loi du 9 Décembre 1905 concernant la Séparation des Eglises et de l'Etat.

Il n'est pas inutile de souligner que ce fut, à l'époque, une loi de compromis entre les catholiques qui refusaient tout simplement la séparation de l'Eglise et de l'Etat et les républicains « combistes » par référence  au « petit père Combes » comme on le désignait du côté de Roquecourbe.

Cette loi fut portée par la gauche et plus précisément, par Jean Jaurès et Aristide Briand qui en fut le rapporteur.

L'on voit que les débats sur l'opportunité et le contenu d'une loi sur la laïcité ne sont pas une spécificité de notre époque.....

Que dit la loi de 1905 ?

Son article 1er est ainsi libellé : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes.... ».

L'article 2 tire les conséquences de cette affirmation de principe : « La République ne salarie ni ne subventionne aucun culte.... ».

Outre le principe de liberté religieuse, la loi consacre la neutralité de l'Etat en interdisant « d'élever ou apposer aucun signe ou emblème religieux.... en quelque emplacement public que ce soit » sauf, dans les cimetières.

C'est à l'aune de ces principes que sont examinés des sujets d'actualité comme le port de signes religieux, la présence d'une crèche dans une mairie ou le financement de la construction d'une mosquée.

La loi sur la laïcité nous permet, dans la diversité de nos origines, de nos croyances, de vivre ensemble et, pour ceux qui le souhaitent, de pouvoir pratiquer le culte de leur choix.

Dans un monde secoué par l'intolérance, les anathèmes et la violence, elle est une chance et un bien précieux pour notre pays.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article